Le monstre du Loch Ness refait parler de lui !

On vous donne des nouvelles de Nessie !

Quelle n’a pas été ma surprise en début d’été de voir cette photo prise par un Anglais du nom de Steve Challice.

Nessie prenant la pose dans son lac ! La première question qui m’est venu à l’esprit : mais quel âge peut bien avoir cet animal légendaire ?

A t’il eu une descendance ? Est ce encore un montage ?

Même s’il est vrai que cette photo n’a rien à voir avec l’image que l’on se fait de ce « monstre », j’ai décidé de remonter le temps et de retracer la naissance de la mythique histoire du monstre du Loch Ness.

Photo du monstre du Loch Ness prise par Steve Challice/Cover Images/ABACAPRESS.COM

Photo du monstre du Loch Ness prise par Steve Challice/Cover Images/ABACAPRESS.COM

Il était une fois dans les années 30, un monstre gentil surnommé « Nessie« 

Né en Écosse dans les Highlands au nord du pays, une région peuplée selon plusieurs récits écossais de troupeau de moutons et de fantômes … En 1933, un couple, M et Mme Mackay en promenade à bord de leur auto auraient affirmé dans la presse locale avoir aperçu une créature ressemblant à un serpent ou à un dinosaure !

Et ils ne sont pas les seuls !

La nouvelle retentie dans toute l’Écosse puis le monde entier s’empare de cette étrange histoire.

Bien que cette histoire puisse faire sourire, elle passionne et intéresse même les personnes les plus cartésiennes.

Le Loch Ness est l’un des plus grands et profonds lacs du Royaume-Uni. Situé au sud-ouest d’Inverness, la capitale des Highlands et d’une profondeur d’environ 240 m, il se trouve à proximité du magnifique château d’Urquhart.

Ce décor somptueux et cette ambiance mystique couronnée d’une eau couleur encre favorisent ils la légende de Nessie ?

Selon certains, Nessie existe réellement, tout comme le prouvent plus de 1 000 récits de témoins oculaires et de nombreux signes inexpliqués déroutant les scientifiques.

Cette légende serait âgée de 1500 ans ! En effet, des récits historiques expliquent et détaillent l’histoire du moine Saint Colomban, un grand missionnaire du VI ème. Célèbre pour avoir évangélisé de nombreuses régions dont l’Écosse. Fondant des monastères et des églises partout où il passait ; dans une des biographies retraçant sa vie, on apprend que :

« lorsqu’il longeait le Loch Ness, le moine aperçut un groupe en train d’enterrer un homme. Il apprit que l’homme avait été mordu par une énorme créature vivant dans le Loch. Il envoya alors un compagnon nager dans la rivière, afin d’attirer l’attention de la créature tapie au fond de l’eau ; celle-ci revint à la surface et s’apprêtait à engloutir le nageur quand Saint Colomban intervint.

Voyant cela, Colomban éleva sa sainte main […] et invoquant le nom de Dieu, forma dans les airs le signe salvateur de la croix puis ordonna à la féroce créature : « N’avance pas plus loin, ne touche pas à cet homme. Retourne immédiatement d’où tu viens. »

« Entendant le saint, le monstre fut terrifié et disparut plus vite que s’il avait été tiré par des cordes.« 

Imagination débordante ou pas, toujours est-il que le moine irlandais, ayant vaincu la bête par un simple signe de croix, en est canonisé et devint un saint. Puis en 1895, quatre personnes dont deux pêcheurs, un forestier et un hôtelier, situés à des endroits différents du Loch Ness, déclarent avoir vu comme une grosse salamandre sur le lac.

Les années passent et l’on oublie Nessie jusqu’au jour où le couple cité plus haut : M et Mme Mackay tombe nez à nez avec notre monstre. C’était sans compter sur la révélation quelque temps plus tard de Mr Bertram Mills, directeur d’un cirque qui affirme avoir fait baigner ses éléphants dans le Loch Ness le même jour.

Notons qu’il est intéressant de préciser qu’a cette époque, très peu de gens ont vu ou entendu parler des pachydermes.

Mills, amusé de l’affaire, proposa 20 000 livres à quiconque captureraient le monstre. Un coup de publicité calculé et brillant de notre cher Monsieur ! Persuadé que Nessie était l’un de ses animaux, il ne craignait pas de perdre sa jolie somme. Puis finalement, s’expliqua brièvement : « Seuls la trompe, le haut de leur tête et de leur dos étaient visibles […] l’impression était alors celle d’un animal avec un long cou et deux bosses, et peut être davantage s’il y avait plus d’un animal ».

Mais alors comment expliquer les nombreux témoignages

et un tel engouement autour du monstre du Loch Ness ?

De plus en plus de touristes, de badauds venus se faire peur dans les Highlands affirment avoir vu Nessie dont un certain Docteur Wilson. Le premier homme à avoir pris une photo du monstre la photo fait le tour du monde. Les passions se déchaînent et surtout tout le monde veut voir l’écossaise Nessie.

Vous ai-je raconté que notre monstre à été baptisé Nessie afin de faire moins peur ? J’y vois plutôt une façon détourner de favoriser le tourisme de la région. Bref, toujours est-il que cette photo fait grand bruit ! Nous l’avons tous vu ! Fascinante !

Le monstre du Loch Ness existe vraiment !

Je vais faire encore une fois mon rabat-joie : Le célèbre cliché, réalisé en 1934 par le gynécologue londonien Robert Kenneth Wilson et publié dans le Daily Mail. Rappelez-vous ! Cette photo qui nous montre la tête et le cou de l’animal émergeant du lac, entouré de cercles concentriques formés par l’eau… Cette première photo nette et évoquant pour la première fois un plésiosaure Est un trucage ! Robert Kenneth Wilson avoua en 1994, que la photo était un canular : il s’agissait d’un jouet en plastique. Il a même avoué que c’était lui qui avait tracé sur la berge de prétendues traces du monstre.

Tout est parti de ce cliché publié dans les colonnes du Daily Mail le 21 avril 1934, dont l’auteur a plus tard avoué qu’il s’agissait d’une photo truquée… SIPA

Nessie devient « précieux capital de l’Ecosse ».

Peu importe que Nessie, le monstre du Loch Ness existe ou pas, seule compte la légende, qu’il faut soigneusement entretenir. Le député Hugues déclare en 1958 Nessie « précieux capital de l’Écosse ». Les touristes du monde entier affluent par dizaines puis centaines de milliers, rapportant plusieurs dizaines de millions de livres chaque année à la région.

Des scientifiques partent à la recherche du monstre le plus célèbre vivant dans le Loch Ness

Le professeur Robert Rines dirigea une expédition pour l’Académie de sciences appliquées de Boston en 1972. La nuit du 9 août, l’équipe scientifique aperçoit, au sonar deux grosses masses et prend un cliché ! Malheureusement, trop floue ! Néanmoins, ils reconnaissent ce qu’il semblerait être un grand aileron en mouvement de 1,20 à 1,80 mètres de long. Robert Rines et l’ornithologue Sir Peter attribuent un nom scientifique au monstre : Nessiteras rhombopteryx. Ce nom vient du grec et signifie « la merveille du Ness à la nageoire en forme de diamant ». C’était une fois encore, sans compter sur le Daily Telegraph qui nota par la suite que c’est également en anglais l’anagramme de Monster hoax by Sir Peter S qui signifie « Canular du monstre par Sir Peter S ».

Bref, on en perd son latin ! D’autant que Robert Rines continue de prendre des clichés jusqu’en 2001 qui montrent une créature volumineuse avec une petite tête ! Selon lui, en 2008 si Nessie n’a plus donné de vie c’est qu’elle s’est éteinte à cause du réchauffement climatique.

Précédemment, j’ai évoqué le nom de plésiosaure. Selon tous les témoignages, les scientifiques penchent plus pour cette hypothèse.

Qu’est-ce qu’un plésiosaure ?

Un plesiosaure credit Nobu Tamura (httpspinops.blogspot.com)

Un plésiosaure crédit Nobu Tamura (httpspinops.blogspot.com)

Selon Wikipedia : les plésiosaures (du grec : plesios « proche de » et sauros, « lézard ») sont de grands vertébrés diapsides aquatiques, que l’on a longtemps classés parmi les reptilesa (avant que l’essor de la cladistique ne montre que les « reptiles » sont un groupe artificiel car paraphylétique). Il a parfois été dit familièrement qu’ils ressemblaient « à une tortue avec un serpent au travers du corps », bien qu’ils n’aient pas de carapace.

Ceci pourrait expliquer les différents témoignages, et bien … non !

La forme du cou décrite ne correspond pas à ce fameux plésiosaure, et de plus cet animal très commun dans les océans a disparu il y a 65 millions d’années ! Et, n’aurait aucun descendant connu à ce jour.

Un chercheur américain, le professeur Henry Bauer pense avoir percé le mystère du monstre du Loch Ness

Le 19 janvier 2021, le professeur Henry Bauer affirme qu’il est impossible que « Nessie«  appartienne à une forme de dinosaure. Il déclare au journaliste du Daily Record : « L’idée la plus populaire est que le monstre du Loch Ness a une relation avec les plésiosaures éteints. Mais cela est difficile à concilier avec la rareté des observations en surface, sans parler des observations occasionnelles sur terre ».

Le professeur retraité rajoute : « D’autre part, tout ce qui a été décrit pour le monstre du Loch Ness est connu parmi les nombreuses espèces de tortues vivantes ou que l’on pense éteintes, comme le fait de respirer de l’air, mais de passer de très longues périodes en eau profonde, de s’aventurer sur la terre, de se déplacer très rapidement dans l’eau, d’être actif dans des eaux très froides et d’avoir un cou relativement long ».

Selon lui, le monstre du Loch Ness ne serait qu’une « ancienne espèce de tortue de mer ». « Les monstres du Loch Ness, ou Nessie, sont une variété de grande tortue marine qui n’a pas encore été découverte et décrite de façon appropriée et qui existe probablement encore dans certaines niches des océans », explique le professeur.

Serait-ce la dernière fois que nous entendons parler d’une des plus grandes légendes de l’histoire ?

Pour ma part, je n’en suis pas si sûre ! Cette histoire réelle ou non, les canulars successifs, les écrits et les témoignages sont unanimes !

Plésiosaure, monstre marin, tortue préhistorique peut importe, le gentil monstre du Loch Ness vivra dans la mémoire de toute l’humanité.

par Sophie Vitali, médium et parapsychologue / Le blog de Sophie